Union de prière

Fermer Présentation

Fermer Maison Boissier

Fermer Charte

Fermer FP 2019-2020

Archive

Fermer Biographie

Fermer Ecrits de Louis Dallière

Fermer Etudes des Retraites

Calendrier
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Visites

 171514 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Charte - Les 4 sujets de prière

Première partie

LES SUJETS PROPOSES A LA PRIERE COMMUNE.

 

 INTRODUCTION

 

 

L’Union de prière est une société de personnes librement liées à Jésus-Christ et entre elles pour servir DIEU par l’assistance puissante du Saint Esprit.

Devant la loi, elle constitue une Association cultuelle déclarée (lois du 1er juillet 1901 et du 9 décembre 1905).

Le but de l’Union de prière est de susciter, de maintenir et de développer, dans la vertu de l’espérance, un mouvement d’intercession et de préparation en vue du Retour en gloire de Jésus-Christ.

           Le présent texte, qui expose les sujets fondamentaux proposés à la prière en commun, et la constitution communautaire de l’Union de prière, est la Charte de celle-ci.

 

Chapitre I  -  Le Réveil des Eglises par la conversion personnelle à Jésus-Christ.

 

 

§ 1        L’Union de prière est l’épanouissement, après les années de guerre, du Réveil prêché à Charmes avant le 3 septembre 1939.

            Aussi ne saurait-elle renier la prière fondamentale pour la conversion.

 

§ 2        Mais il ne s’agit aucunement de courir ça et là pour faire des prosélytes, qui vivraient sur leurs expériences d’un moment, soit seuls, soit groupés en conventicules plus ou moins sectaires.

 

§ 3        L’Union de prière part de la réalité de l’Eglise : fondée par S. Pierre le jour de la Pentecôte, ouverte à nous Païens par S. Paul, portée en particulier dans la vallée du Rhône par des chrétiens d’Asie Mineure, dont quelques-uns pouvaient être disciples, au moins indirects de S. Jean.

 

§ 4        Si l’Eglise conduit à Jésus et nourrit en lui ceux qui entendent son appel, elle se consacre avec amour à tous ceux qui vivent loin de ses sacrements, et ne désespère jamais de leur salut.

 

§ 5        Le nombre des sauvés au dernier jour pourra donc être bien plus grand que celui des convertis ayant consacré leur vie au service du SEIGNEUR JESUS.

 

§ 6        Inversement, au nombre de ceux qui  se disent convertis, peuvent se trouver des hypocrites qui seront rejetés au dernier jour.

 

§ 7        Ces réserves faites, l’Eglise est normalement construite de « pierres vivantes » personnes qui ont rencontré Jésus, ont été saisies par lui (c’est la réalité du baptême) et le servent de tout leur être au sein de l’Eglise (c’est le sens de la SAINTE CENE) (1 Pierre 2/5).

 

§ 8        Le premier sujet général d’intercession de l’Union de prière est que de telles vies soient suscitées sans cesse, parmi les catéchumènes de l’Eglise, parmi ses anciens catéchumènes et dans le peuple qui l’entoure.

 

§ 9        Une Eglise est en état de Réveil lorsque les pasteurs, les diacres et les fidèles communiants sont des personnes ainsi converties dont le nombre va croissant.

 

§ 10      La prière pour la conversion peut concerner des personnes précises, que l’on porte devant DIEU afin qu’elles se repentent et qu’elles croient.

 

§ 11      Elle comporte aussi une prière pour les serviteurs de DIEU qui prêchent la Parole, afin que celle-ci soit annoncée avec puissance, en vue de la repentance et de la conversion.

 

§ 12      L’Union de prière veut un tel Réveil dans toutes les Eglises, catholiques et orientales, aussi bien qu’au sein du protestantisme.

 

§ 13      Sans rétrécir pour cela sa vison, elle espère que les Eglises Réformées de l’Ardèche seront enrichies par un nombre croissant de communiants convertis et fidèles. Mais s’il y a, en ce sens, un Réveil de l’Ardèche, il doit rester, sans aucune barrière, au service de l’Eglise universelle.

 

§ 14      L’Union de prière intercède pour les œuvres d’Evangélisation et de Missions comme pour les Eglises, mais elle ne fonde ni ne soutient aucune œuvre particulière d’Evangélisation ou de Missions.

 

§ 15      Elle embrasse donc, dans sa prière pour le Réveil, l’Eglise universelle actuellement existante, avec son Evangélisation et ses Missions, au sein d’un monde qu’entraîne un courant général d’apostasie du Christianisme.

 

§ 16      Reprenant une image de Péguy, l’emblème du Réveil, pour l’Union de prière, est « une forteresse au péril de la mer », un Mont Saint Michel, roc bâti pour la prière et battu par les flots.

                                              

 

Chapitre II  - Le salut du peuple juif.

 

 

§ 17      Au cours des siècles, il n’y a pas eu de Réveil sans défrichement d’un terrain nouveau. Ainsi toute marche en avant de la conquête inaugurée par S. Paul chez les Païens a son origine dans un Réveil spirituel.

 

§ 18      L’Union de prière renonce à s’épanouir dans un tel champ de conquête. Elle voit une Eglise qui, par sa force interne en CHRIST, se ressaisit, se maintient, se fortifie plus que jamais au sein d’un monde qui la renie et l’abandonne.

 

§ 19      Car la situation actuelle du monde marque le triomphe d’une chrétienté infidèle, qui, alliée à un judaïsme infidèle, a instauré une ère de destruction.

 

§ 20      Ainsi l’Eglise est réduite à l’impuissance et à une sorte de mort, comme son SEIGNEUR,  par la coalition de Caïphe et de Pilate.

 

§ 21      Autour de la Croix du FILS se trouve « un reste selon l’élection de la grâce », représenté par la Vierge Marie et S. Jean, reste issu comme JESUS lui-même du sang d’Abraham (Romains 11/5).

 

§ 22      Sur le reste fidèle, regroupé autour de S. Pierre, s’articule l’œuvre de S. Paul parmi les Nations : œuvre qui s’est poursuivie jusqu’à nos jours, on pourrait peut-être dire jusqu’au 2 août 1914, jour où la Chrétienté s’est définitivement déchirée elle-même.

 

§ 23      Aujourd’hui, autour de l’Eglise très proche du SEIGNEUR crucifié, se groupe un reste issu des Nations, en qui  se manifeste la continuité vivante de Celle qui a reçu les promesses infaillibles.

 

§ 24      L’Union de prière, pour sa part, contribue à maintenir ce reste. Mais il faut voir plus loin : sur ce reste doit s’articuler maintenant « la masse » juive dont les apôtres et les premiers chrétiens furent « les prémices ». (Romains 11/16).

 

§ 25      L’illumination du peuple juif, prophétiquement annoncée par les Ecritures, est le second sujet général d’intercession de l’Union de prière.

 

§ 26      L’Union de prière n’ayant reçu aucun champ spécial d’Evangélisation ou de Mission, est disponible pour le peuple juif.

 

§ 27      Ce qu’elle lui donne d’abord, c’est sa prière : car nulle prophétie de l’Ecriture ne s’accomplit sans l’intercession de l’Eglise. Il y faut la libre coopération de volontés humaines qui veulent les buts de DIEU.

 

§ 28      L’Union de prière ne saurait non plus constituer une Mission parmi les Juifs ou se rattacher à une telle Mission déjà existante. Car le but ici assigné à la prière n’est pas que quelques juifs se convertissent, comme cela a eu lieu de tout temps : mais que tout ce qui dans le Judaïsme est de DIEU soit réintégré d’un seul tenant dans le Corps visible de JESUS-CHRIST.

 

§ 29      Le « comment » de cette intégration est encore voilé aux hommes. Il n’est pas sûr qu’elle soit liée à un retour matériel des Juifs en Terre Sainte : aussi l’Union de prière reste-t-elle ouverte à tout le Judaïsme de DIEU, et indépendante par rapport à n’importe quel mouvement particulier comme le Sionisme.

 

§ 30      On peut pressentir que DIEU suscitera parmi les Juifs eux-mêmes des apôtres qui parleront de CHRIST à leurs frères. Il y a lieu de prier en ce sens « le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson ». (Matthieu 9/38).

 

§ 31      D’autres sujets de prière plus précis concernant les Juifs pourront se dégager par la suite sous l’action de L’ESPRIT SAINT.

 

§ 32      De toute manière, le Mont Saint Michel de l’Union de prière comprend des Gentils et des Juifs réconciliés sur le rocher de CHRIST, tandis que le monde moderne agglutine Gentils et Juifs infidèles dans un Messianisme terrestre, négateur de la Résurrection des morts et de la Vie éternelle.

 

 

Chapitre III  - L’unité visible du corps du Christ.

 

 

§ 33      L’Union de prière possède dans sa structure un principe d’unité : les deux sujets de prière proposés jusqu’ici sont au bénéfice de l’Eglise universelle.

 

§ 34      Il est donc juste que le troisième sujet de prière concerne l’unité visible de l’Eglise, à laquelle travaillent d’une part les Protestants et les Orientaux dans les mouvements œcuméniques, d’autre part l’Eglise Catholique par son Secrétariat pour l’Unité.

 

§ 35      De même que pour le « comment » de l’illumination du peuple Juif. L’Union de prière ne se lie ici à aucune œuvre particulière déjà existante.

 

§ 36      Elle intercède en faveur du labeur œcuménique.

 

§ 37      Elle prie pour que dans toutes les Eglises, les responsables soient de plus en plus des disciples fidèles de JESUS-CHRIST, ce qui aplanira d’immenses difficultés entre toutes les branches du christianisme.

 

§ 38      La prière pour l’unité est liée à la prière pour l’illumination du peuple Juif.

 

§ 39      Les mouvements œcuméniques et les efforts catholiques semblent ne pouvoir se rejoindre que s’il surgit, par la Grâce de DIEU, un évènement nouveau.

 

§ 40      Or l’Eglise chrétienne a connu, dans l’histoire, son plus haut point d’unité quand elle a été groupée autour de Jérusalem, par la subordination des églises de la Gentilité « aux églises de DIEU qui sont en JESUS-CHRIST dans la Judée » (1 Thessaloniciens 2/14).

 

§ 41      Au fur et à mesure que l’Eglise s’est éloignée de ses origines juives elle a eu tendance à se diviser.

 

§ 42      D’autre part, et providentiellement, les divisions mêmes de la Chrétienté ont été comme un aiguillon portant l’Eglise à la recherche d’une unité plus haute et plus vivante.

 

§ 43      La Réforme en particulier, si elle a couru le risque de se durcir en sectes légalistes, a aussi, d’un  autre côté, suscité un mouvement dynamique qui puise ses sources dans la Parole vivante de DIEU et dans la révélation du plan du Salut, c’est-à-dire d’une histoire qui doit aboutir à son terme.

 

§ 44      Ce terme n’est-t-il pas la Jérusalem d’en haut, étape ultime du pèlerinage de l’Eglise qui était partie de la Jérusalem terrestre ?

 

§ 45      Les actions entreprises par certains milieux chrétiens, pendant la seconde guerre mondiale, en faveur des Juifs pourchassés et persécutés, ont révélé à beaucoup de chrétiens la profondeur des souffrances d’Israël, et ont contribué à créer un climat de meilleure compréhension entre Juifs et Chrétiens.

 

§ 46      La charité ne sera-t-elle pas plus intense si, ne s’arrêtant pas à la seule sauvegarde matérielle et physique du peuple Juif, les chrétiens prient pour la Salut du Peuple de DIEU tout entier et pour l’accomplissement en plénitude du plan de DIEU à l’égard d’Israël (Romains 11/12, 15/25-26).

 

§ 47      L’Union de prière travaille à cet œcuménisme de la charité en vue d’une solution, non plus politique et transitoire, mais surnaturelle et définitive de ce que l’on a appelé parfois « le problème juif ».

 

§ 48      Elle pressent que c’est l’illumination du peuple juif qui rendra à l’Eglise son unité visible. Ce que le plus jeune fils de la parabole, malgré tout son amour pour le CHRIST, n’a pu faire, le frère aîné l’aidera à l’accomplir, - nous ne savons ni où ni comment - quand, rentré, dans la salle du festin de son PERE, ils prépareront ensemble « l’Eglise sainte et irrépréhensible » qui sera présentée au SEIGNEUR qui revient (Ephésiens 5/27).

 

 

Chapitre IV –  L’Avènement de Jésus-Christ et la Résurrection des morts.

 

 

§ 49      Il semblera étrange, tout d’abord, d’appliquer un mouvement de prière à l’Avènement du SEIGNEUR. L’opinion courante est que cette promesse s’accomplira d’une manière indépendante de notre volonté, et à une époque tellement éloignée de nous qu’elle devient fabuleuse.

 

§ 50      L’attente de la Parousie chez les premiers chrétiens était dit-on, une erreur due à leur enthousiasme. Au cours des âges, remarque-t-on encore, tous les mouvements, depuis le Montanisme jusqu’aux Anabaptistes, en passant par Joachim DE FLORE, qui ont prêché le Retour du CHRIST, ont versé dans l’illuminisme ou le sectarisme.

 

§ 51      La réalité est tout autre : la deuxième venue du CHRIST a sans cesse été toute proche depuis la Pentecôte : mais le plan divin s’accomplit par étapes, et, à chacune d’elles, ceux qui ont vécu intensément l’œuvre de DIEU ont perçu la proximité de la Parousie.

 

§ 52      A l’inauguration de l’ère du SAINT-ESPRIT, le jour de la Pentecôte, l’Avènement du CHRIST s’est approché de la terre : la première étape franchie fut la fondation de l’Eglise de JESUS-CHRIST au sein du Judaïsme.

 

§ 53      Par le ministère de S. Paul et l’inauguration de la Mission chez les Païens, une seconde étape fut franchie et le Retour du SEIGNEUR a été perçu tout proche. Par la suite, la proximité du Retour est devenue plus intense chaque fois qu’un nouveau peuple est entré dans le corps de JESUS-CHRIST.

 

§ 54      Il est raisonnable et juste de dire que la prière pour l’illumination du peuple Juif rapproche encore la seconde venue du CHRIST : car cette illumination est une des dernières étapes, et peut-être la dernière, avant la manifestation effective de la royauté du SEIGNEUR.

 

§ 55      L’illuminisme, au XXème siècle, c’est l’imagination d’un royaume de DIEU instauré sur la terre par un développement des techniques et des législations.

 

§ 56      Ce qui précède l’Avènement du SEIGNEUR, ce n’est pas une conquête étendue en nombre des hommes vivants, mais l’achèvement de l’Eglise dans la plénitude de sa réalité.

 

§ 57      L’Union de prière saisit donc une prière pour le Retour du CHRIST : c’est avant tout, une prière pour que les chrétiens veuillent le Retour du CHRIST.

 

§ 58      Car d’une manière générale, le Christianisme issu de la Gentilité a toujours préféré que CHRIST ne revînt pas : la vie sur la terre, plus ou moins christianisée, lui paraît suffisante, avec son prolongement de la béatitude de l’âme séparée du corps par la mort.

 

§ 59    Il est vrai que la vie de la chrétienté a été belle, avec ses grandes figures et ses humbles de toute nation. Certains voient dans ce passé le vrai Millenium chrétien, et l’Union de prière n’exclut pas ceux qui partagent cette opinion. Mais ce temps est terminé.

 

§ 60      L’Eglise, au cours des siècles, a remporté d’immenses victoires. Elle n’a pas vaincu la mort. La mort règne aujourd’hui, avec ses deux pourvoyeuses : la chair et la richesse.

 

§ 61      Il faut vouloir la victoire sur la mort : pour cela, vouloir que JESUS revienne en gloire, conformément aux prophéties de la Nouvelle Alliance, comme il est  venu en abaissement dans le sein de la Vierge Marie, conformément aux prophéties de l’Ancienne Alliance.

 

§ 62      Vouloir que JESUS revienne, c’est vouloir le revoir de ceux qui nous ont précédés, et c’est vouloir qu’apparaisse une génération de chrétiens prête à ne pas mourir, mais à passer « en un clin d’œil » au plan de l’éternité dans un corps glorifié (1 Corinthiens 15/52).

 

§ 63      Vouloir que JESUS revienne, c’est encore vouloir le Jugement dernier, avec l’aspect terrible de la perdition, mais dans la certitude que « DIEU est Amour » (1 Jean 4/8).

 

§ 64      L’Union de prière ne s’attache pas à la doctrine d’un Millenium postérieur à la résurrection : elle laisse à ses membres le choix entre cette interprétation du chapitre 20 de l’Apocalypse et l’interprétation historique donnée plus haut (§ 59). Ce qui importe, c’est que l’ère du SAINT ESPRIT, ou temps de la fin, a été ouverte le jour de la Pentecôte, que nous continuons d’y vivre, et qu’elle s’achèvera un jour du calendrier, jour où toutes choses seront remises à JESUS CHRIST pour la Résurrection et le Jugement. L’Union de prière prie pour préparer ce jour dans le cœur de l'Eglise.


Date de création : 29/01/2016 @ 15:51
Dernière modification : 29/01/2016 @ 15:51
Catégorie : Charte
Page lue 3221 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^