Union de prière

Fermer Présentation

Fermer Maison Boissier

Fermer Charte

Fermer Enseignements

Fermer Feuilles de prière 2021-2022

Fermer Vidéos

Archive

Fermer Biographie

Fermer Ecrits de Louis Dallière

Fermer Etudes des Retraites

Calendrier
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Visites

 307229 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Feuilles de prière 2021-2022 - FP 2021-22, 39+40

UNION DE PRIERE

    Maison de Boissier, 19 r. de la Calade, 07800 CHARMES SUR RHONE

             Tél.+33 475 608 5.51, Courriel : uniondepriere@gmail.com

IBAN : France : FR81 2004 1010 0706 6496 8P03 828 BIC : PPSTFRPPLYO ; Suisse : CH16 09000 0000 1476 1280 9

Cette feuille est la dernière de la saison.

Il faudra attendre mi-septembre pour recevoir la prochaine. Peut-être vous surprendra-t-elle, selon les réponses que vous aurez données au questionnaire joint !

Rédacteur : Matthias Helmlinger

Lundi 13 juin (livret de prière p. 37)                1er sujet : le Réveil des Églises Actes 4.23-31 | Ps 147

Le psaume 2 cité ici, est le psaume le plus cité dans le Nouveau Testament. Il est cité notamment au baptême de Jésus. Il évoque la guerre de Gog et Magog, la coalition des Nations avec les peuples (au pluriel !) Israël pour combattre le Christ. Cette coalition a fonctionné pour la mort de Jésus. Nous n’avons donc pas à la craindre, lorsqu’elle sera réactivée pour la venue glorieuse de Jésus avec tous ses saints. Nous attendons avec foi cette venue qui mettra un terme aux abominations qui se commettent sur notre terre actuellement. Comme les apôtres, nous prions pour aller vers cette confrontation finale avec la puissante main de Dieu Ac 4.30, la main du Souverain Dieu qui a fait le ciel et la terre, et la mer, et les choses qui y sont Ac 4.24. Nous demandons à être remplis de l’Esprit Saint Ac 4.31, pour annoncer jusqu’à la fin la Parole de Dieu sans nous laisser intimider par les menaces. Notre foi ne vient pas de nous. Comme le paralysé, nous n’aurions pu nous mettre en marche nous-mêmes. Notre mise en route pour aller vers le Seigneur qui vient dans sa gloire a été un miracle tout aussi grand que la mise en route du paralysé. Nous avons trop tendance à sous-estimer cette foi, cette guérison de notre incroyance ou de notre ignorance, comme si elle n’était pas le fait du « Souverain Dieu ». Luc est très attaché aux « faits », aux « événements » Lc 1.2. Dans son évangile et la deuxième partie de son livre qu’il faudrait intituler « Les Actes du Saint Esprit » (plutôt que « Les Actes des apôtres »), il expose les faits qui ont produit notre foi. L’évangile n’est pas une philosophie, mais des faits, des événements.

Mardi 14                           2ème sujet : le salut du peuple juif               Actes 4.32-37 | Ps 148

On peut constater dans l’histoire biblique d’Israël que la conséquence la plus visible de l’idolâtrie était l’injustice sociale. Inversement, l’adoration du seul vrai Dieu, du Dieu vivant crée la justice sociale idéale. Il fut un temps où des théologiens parlaient d’un christianisme pratique, plus tard appelé « social ». Sans impact au niveau de la justice, le christianisme est une sorte de gnose sans conséquence sur notre vie pratique. Les inégalités abyssales qui séparent aujourd’hui quelques dizaines de personnes qui possèdent à elles seules la presque totalité de l’argent de ce monde et les milliards d’autres est caractéristique de l’idolâtrie régnante aujourd’hui. L’Esprit Saint qui est à l’origine de notre marche par la foi met en œuvre le partage dans notre vie. La vie de Jésus fut partage, partage des cinq pains et deux poissons qui ont rassasié des milliers, partage du pain et du vin, de son corps et de son sang. Luc souligne la continuité de ce style de vie de Jésus dans les siens, ceux qui ont reçu l’Esprit Saint. Si l’apôtre Pierre avait eu une pièce de monnaie, il l’aurait donnée au paralytique, mais il a quand même partagé avec lui sa foi, et le paralysé a été guéri Ac 3.6.

Mercredi 15                               3ème sujet : l’Unité visible de l’Église   Actes 5.1-11 | Ps 149

Luc sait que l’Esprit Saint est constitutif de l’existence d’Israël. Le Seigneur Dieu a créé Israël en mettant son Esprit Saint au milieu de son peuple Es 63.11. Il ne faudrait pas que se reproduise ce qui s’est passé pour Israël : un jour, Israël a dû constater que l’Esprit Saint avait combattu contre lui Es 63.10. Par la parole d’autorité de Pierre, cela a été empêché dans l’Église en train de se former. Dans l’Église, nous sommes solidaires les uns des autres, dans le bien et dans le mal. Notons que l’Esprit Saint apparaît pour la première fois sous la plume de Luc, non pas simplement comme une puissance pour le témoignage (ce qu’Il est), mais aussi comme une Personne qu’on peut « provoquer » Ac 5.9, à laquelle on peut « mentir » Ac 5.3. Luc a écrit l’évangile et les Actes à partir de cette expérience de l’Esprit Saint tellement forte et tangible qu’il pouvait constater dans les communautés où il a vécu, avec l’apôtre Paul, à commencer par celle d’Antioche. Il a enquêté pour savoir et faire savoir comment cette expérience merveilleuse a pu être rendue possible à tant de personnes juives ou non. Le premier « fait », « événement » à l’origine de cette expérience, est l’Esprit Saint « survenant » sur Marie Luc 1.35. Il n’oubliera pas de mentionner la présence de celle-ci à la Pentecôte, où l’Esprit Saint « surviendra » sur les apôtres Ac 1.8,14. Le Saint Esprit est cette personne agissante dans « l’histoire sainte », qui en fait l’unité et nous empêche de voir dans « le temps d’Israël », « le temps de Jésus », « le temps de l’Église » des temps séparés les uns des autres.

 

 

 

Jeudi 16       4ème sujet : l’avènement de Jésus et la résurrection des morts Actes 5.12-16 | Ps 150

A Jérusalem comme plus tard à Antioche Ac 11.24 une foule considérable « se rallie » au Seigneur. On veut dire par là qu’elle se joint à l’Église. La vie de l’Église est une telle avalanche de miracles que se rallier au Seigneur est équivalent à : se rallier à l’Église. Comme Jésus l’avait prophétisé à Pierre, il capture vivants des êtres humains par milliers Luc 5.10. Entre le moment où Jésus a fait cette prophétie à Pierre et le moment où Pierre la voit s’accomplir, bien des événements ont eu lieu, inimaginables à priori par Pierre et les autres apôtres. Le dernier événement en date concernant Jésus, c’est son élévation au ciel sous leurs yeux, une « nuée » l’ayant caché à leurs regards Ac 1.9. Comment imaginez-vous cette nuée ? Elle est souvent évoquée dans la Bible, quand Dieu vient Lui-même. Il ne faut pas penser à des doux nuages duveteux, mais plutôt à une nuée ardente, bien plus ardente que celle d’une bombe atomique, car il s’agit de la Toute-Puissance du Souverain qui a fait le ciel, la terre, et tout ce qu’ils contiennent Ac 4.24. Cette présence glorieuse du Dieu créateur est le lieu depuis lequel s’élèvent nos prières et vers lequel elles se tournent. Car notre chair, bien qu’étant sur terre, est maintenant aussi dans cette même gloire, puisque Christ a pris la même chair que nous. Quel vaste domaine nous est ouvert dans la prière, quand nous pensons à l’Ascension de Jésus ! Les rabbins racontent qu’un fils de roi s’était perdu loin du palais royal. Les années passant, il était devenu un pauvre métayer chez un paysan. Un jour le roi traverse son village, et ce pauvre métayer lui demande l’aumône pour manger. Le roi reconnaît son fils et regrette qu’il ne lui demande pas plus : par exemple, revenir au palais royal, prendre sa place d’héritier du trône. Que le Seigneur nous fasse découvrir l’envergure que peuvent prendre nos prières avec l’Ascension du Christ.

Vendredi 17                                           La croix                                Actes 5.17-32 | Ps 1

Ce qui est arrivé à Pierre est arrivé au XXème siècle à frère Yun en Chine. Les geôliers lui avaient brisé les jambes pour empêcher toute évasion. Un ange lui a ordonné de sortir. Miraculeusement sorti vivant des prisons chinoises, il se retrouve à nouveau en prison en Birmanie. Il vit aujourd’hui en Europe. Son récit a été publié : « Citoyen du ciel ». Ce qui a eu lieu il y a deux mille ans a eu lieu à notre époque aussi. Les « événements » Ac 5.32 parlent de Dieu. Dans le commentaire de la Ligue pour ce jour, j’ai trouvé une bonne question : « qu’est-ce qui motive mon témoignage ? Ce qui m’est arrivé, ou ce que Dieu a réalisé en Jésus ? ». S’il m’est arrivé cet événement salutaire qu’est la foi en Jésus « Prince et Sauveur » exalté par la droite du Père avec les marques de ses plaies, gages de notre pardon, c’est Jésus-Christ crucifié que je dois prêcher, et non pas mon expérience. Une excellente note de la TOB pour le verset 32 dit ceci : « l’obéissance à la volonté de Dieu constitue la foi elle-même ». La conversion et la foi sont le produit de l’événement qu’est la mort et l’exaltation de Jésus par la droite du Père. Nous prierons donc pour que le Seigneur donne à notre temps des prédicateurs de la croix. Aucun de nous ne s’est converti de sa propre initiative. Chaque conversion est le résultat de l’événement qu’est l’exaltation par la droite du Père de Jésus pendu au bois Ac 5.30-31.

Samedi 18                              L’Église et les sacrements                     Actes 5.33-42 | Ps 2

Actes 4.23-31

Les apôtres sont heureux d’avoir été trouvés dignes de subir des outrages pour le Nom Ac 5.41. Pendant le Directoire nous avions lu ces paroles terribles dans Deutéronome 7 et 8 où Dieu ordonne de dévouer par interdit les peuples de Canaan. Israël devait ensuite se souvenir que ce n’est pas par sa propre force qu’il aura conquis ces territoires. L’honneur du Seigneur en dépend. J’ai personnellement connu un homme qui a fait des études de théologie, puis a totalement quitté le christianisme à cause de ces textes ; il ne comprenait pas non plus la crucifixion de Jésus, le sacrifice sanglant de Jésus sur la croix. Il nous faut vraiment le Saint Esprit pour nous attacher à ces textes de la Bible. Aujourd’hui, ce n’est certes pas d’autres peuples qu’il nous est demandé de dévouer par interdit, mais nous-mêmes, notre nature humaine qui ne supporte pas l’idée qu’avec le Seigneur on puisse être joyeux dans la persécution. Le Seigneur seul aura l’honneur lorsque nous aurons prouvé par notre vie que sa joie est plus forte que les souffrances endurées pour l’amour de Son Nom. Les territoires qui doivent être conquis pour le Royaume de Dieu sont à l’intérieur de nous. Le Seigneur les a déjà tous conquis, mais il nous faut aller de l’avant, de victoire en victoire. Le Seigneur attend notre « oui », car il est doux et humble de cœur, et ne nous force pas à avancer avec lui, même si c’est lui qui nous a guéris de notre paralysie complète. Il est salutaire que nous ne puissions prévoir les événements qui vont arriver et où se fera notre éducation à suivre l’Agneau dans son témoignage d’amour. Mais ni Jésus, ni les apôtres ne nous ont caché le fait qu’ils arriveront. Nous n’avons pas peur de ce qui peut arriver, car nous savons ce qui est déjà arrivé : le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus Ac 5.30.

 

 

Rédacteur : Pascal Veillon

Lundi 20 juin (livret de prière p. 43)             1er sujet : le Réveil des Églises Proverbes 4.1-9 | Ps 3

Lire les Proverbes bibliques comme s’ils étaient des proverbes populaires (pierre qui roule n’amasse pas mousse, un tiens vaut mieux que deux tu l’auras, etc.) n’apporte pas grand-chose. En fait, les Proverbes bibliques ne sont pas des proverbes dans le sens courant du terme, mais des paraboles, des "mises en scène" comme le dit Eric Smilevitch, cet enseignant rabbinique dont le Dr. Schaerer nous recommandait les cours mercredi 1er juin. Parabole se dit "machal" en hébreu et c’est d’ailleurs ainsi que la Bible hébraïque intitule le livre des Proverbes : "Mischlé Shelomo". Il nous faut donc toujours penser "parabole" quand on dit "proverbe" en parlant de ce livre biblique. On obéit ainsi au v. 7 : acquiers la sagesse, acquiers l’intelligence. Seule la sagesse et l’intelligence qui vient de Dieu nous permet d’en dépasser le sens obvie de ces "paraboles" et de les enrichir de tout qu’ils peuvent nous suggérer.

Mardi 21                           2ème sujet : le salut du peuple juif            Proverbes 4.10-27 | Ps 4

Une fois cette intelligence acquise (voir v. 7), chaque situation évoquée dans l’énumération de cette fin de chapitre ouvre notre esprit à toute une palette de réflexions sur nos situations de vie. Trois exemples :

V. 10 : que représente le désir de "multiplier nos années de vie" ? Des situations désespérées peuvent donner envie de mourir, mais normalement, nous souhaitons vivre. Le problème est que les prouesses de la médecine, aussi remarquables soient-elle, faussent notre approche de la mort. Il y a derrière ce verset, au premier abord évident, toute la grave question de l’euthanasie et de l’acharnement thérapeutique.

V. 12 : marcher, courir : savons-nous régler nos modes de vie et de déplacements ? Parvenons-nous à appliquer pratiquement les slogans "slow food","mobilité douce", "consommation de proximité," etc. ?

V. 17 : Sommes-nous attentifs à la provenance de nos achats, pas seulement de nourriture ? Réalisons-nous combien il est difficile d’échapper aux diverses compromissions liées à tous les biens de consommation que nous offre la mondialisation ?

Munie de cette intelligence, la lecture des Proverbe se démultiplie en une multitude de sujets de réflexion.

Mercredi 22                          3ème sujet : l’Unité visible de l’Église             Proverbes 5 | Ps 5

Un parfum de Cantique des cantiques fleure bon dans ce chapitre. Ce sont des conseils tout pratiques et réalistes donnés par le père à son jeune fils en prévision de ses amours. Presque scabreux, ils sont aussi un peu risqués, sachant qu’évoquer la volupté des rapports sexuels peut toujours inciter à la débauche ! Mais le cadre est rappelé poétiquement au v. 15, évoquant le bonheur et la sécurité des relations monogamiques. Et peut-être même peut-on appliquer l’image à la beauté et la force du célibat.

Comme le sujet de prière du mercredi est l’unité de l’Église, nous pourrions aussi lire symboliquement ce langage érotique, comme l’ont fait les Pères de l’Église. Quel regard posons-nous sur l’Église dans laquelle nous sommes nés, physiquement ou spirituellement ? Quelle fidélité lui devons-nous, particulièrement quand elle nous déçoit ? Car elle ne garde malheureusement pas toujours les attraits de la "gracieuse gazelle" qui nous a séduits (v. 19) !

Jeudi 23                              4ème sujet : l’avènement de Jésus          Proverbes 6.1-11 | Ps 6

Cette mise en garde contre la paresse pleine de saveur, appliquons-la pour nos vies, mais sans oublier la paresse spirituelle. J’avoue que quand je prie, je me surprends parfois correspondre exactement à la description du v. 10  ! Ne nous endormons pas dans le maranatha !

Vendredi 24                                             La croix                      Proverbes 6.12-19 | Ps 7

Plaise à Dieu que je ne sois un "homme de Bélial", comme le dit le texte en utilisant cette personnification du mal qui signifie "homme sans valeur". Les six défauts humains stigmatisés dans les v. 17-19 sont si grossiers que je peux facilement les laisser à plus méchants ou plus retords que moi. Mais, in cauda venenum, il y a le septième ajouté aux six premiers : celui qui suscite des querelles entre frères. Là, il est plus facile d’être pris en faute. Il suffit d’une petite médisance, ou d’une simple maladresse pour semer la discorde. Et Bélial se glisse en moi ! Alors, je me tourne vers la Croix salvatrice.

Samedi 25      Vnaissance de Jean-Baptiste              L’Église et les sacrements       Proverbes 6.20-35 | Ps 8

La tradition rappelle aujourd’hui la naissance de Jean-Baptiste. Pas grand-chose à voir avec notre lecture du jour. Si ce n’est qu’on peut voir dans les parents de Jean-Baptiste des exemples de foi et de bonne conduite (voir Lc 1.5-6). Et remarquer que leur fils a bien observé les préceptes de son père et l’enseignement de sa mère (v. 20).

Mais notre communauté pourrait avoir des raisons particulières de marquer cette date. André Rochat disait que Jean-Baptiste était LE prophète de l’Union de prière ! Le "style de vie dans la résistance à l’Antichrist" colle bien à la prédication de Jean-Baptiste au désert. Et surtout l’annonce de la venue du Messie (Lc 2.15-18) est l’attente qui nourrit notre prière des quatre sujets.


Date de création : 22/06/2022 @ 17:41
Dernière modification : 22/06/2022 @ 17:41
Catégorie : Feuilles de prière 2021-2022
Page lue 143 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^