Union de prière

Fermer Présentation

Fermer Maison Boissier

Fermer Charte

Fermer Enseignements

Fermer Feuilles de prière 2020-2021

Fermer Vidéos

Archive

Fermer Biographie

Fermer Ecrits de Louis Dallière

Fermer Etudes des Retraites

Calendrier
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Visites

 226788 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Feuilles de prière 2020-2021 - FP 2020-21, 15+16

UNION DE PRIERE

    Maison de Boissier, 19 r. de la Calade, 07800 CHARMES SUR RHONE

                                     uniondepriere@gmail.com

 IBAN : France : FR81 2004 1010 0706 6496 8P03 828 ; Suisse : CH16 09000 0000 1476 1280 9

Chers Frères et Sœurs bien-aimés,

Le directoire, qui était en télétravail fin novembre, vous souhaite un Joyeux Temps de Noël en demandant au Saint-Esprit de nous pousser à contempler la réalité éternelle de l’Incarnation qu’exprime l’événement historique de la naissance de Jésus. L’absence de feuille pendant la semaine de Noël nous a permis d’inclure, dans notre culte personnel, les prières des pages 113 à 115 de notre livret. Ce fut une façon de garder dans notre cœur la grâce propre à la fête de la Nativité célébrée dans les différents cultes de nos Églises respectives. Ce temps de Noël dure huit jours et se prolonge par l’Épiphanie qui a la même signification : l’avènement du Seigneur de gloire dans l’enfant, puis dans l’homme Jésus. « Dieu s’est fait chair » (Jn 1.14). Ce mot exprime excellemment ce temps de Noël et de l’Épiphanie que nous vivons. Que la Parole de Dieu devienne chair en nous, qu’elle entre dans notre corps afin que notre vie pécheresse soit transformée et dominée par la Parole faite chair. Alors la loi de l’Esprit l’emportera sur la loi de la chair. 

Rédacteur: Pasteur Serge Jacquemus

Lundi 28 décembre (livret de prière p. 101)        ULes saints innocents     1er sujet : le Réveil       Luc 2 21-32 | Ps 130

Huit jours après Noël, le premier janvier dans notre calendrier liturgique, l’enfant reçoit la circoncision et le nom de Jésus. Sa circoncision indique que Jésus est la plénitude de l’Alliance de Dieu avec Israël. Il faut que la nouvelle alliance produise la pleine consécration de notre chair à Dieu et surtout la circoncision de notre cœur, de nos pensées, de nos sentiments, de notre volonté. Le Seigneur est circoncis et on lui donne le nom de Jésus. Cela nous rappelle la place centrale que l’invocation de ce Nom doit occuper dans notre vie spirituelle : « Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de nous. » Au nom de Jésus, les malades sont guéris, les lépreux sont purifiés, les démons chassés et les morts ressuscitent. La puissance du Nom de Jésus est soulignée par Ph 2.9-10 ; Ac 4.12 ; Jn 16.23-24 (pour un commentaire des versets 22 à 32, voir D. Bourguet : L’Évangile de Luc p. 31-32).

Prière : Sauveur du monde, toi qui, en un jour semblable, as reçu le nom de Jésus, accomplis pour nous la promesse reçue dans ce nom très saint : dans ta miséricorde, sauve ton peuple de son péché, et permets qu’en trouvant dans ton nom la paix et la joie, ceux qui t’appartiennent s’attachent aussi à le proclamer parmi toutes les nations. Exauce-nous, toi qui es béni aux siècles des siècles. Amen

Mardi 29 décembre                              2ème sujet : le salut du peuple juif                               Luc 2 33-35 | Ps 131

« Origène (185-253) approfondit le v. 34 en disant : « Le Sauveur n’est pas venu pour la chute des uns et le relèvement des autres, mais pour la chute et le relèvement des mêmes personnes… Il me faut d’abord tomber, et, une fois tombé, me relever. C’est pour que je me relève que le Seigneur m’a fait tomber. Etant donné que je me tenais droit, appuyé sur le péché, il me fut très utile tout d’abord de tomber et de mourir au péché. A toi aussi le Seigneur t’a accordé la grâce de tomber… Que le païen, le débauché, le pécheur en toi tombe et meure ! Et cela, afin que tu puisses ensuite te relever et dire : Si nous sommes morts avec Lui, avec Lui aussi nous ressusciterons. (2 Tim 2.11) Si nous avons été totalement unis, assimilés à sa mort, nous le serons aussi à sa Résurrection. (Ro 6.5). (Origène glisse du "relèvement" à la "résurrection" car c’est le même mot dans l’Évangile). »     D. Bourguet,Luc, p.33-34.

Prière : Père, nous t’adorons et nous te rendons grâces pour le mystère de la nativité de ton Fils qui s’est abaissé jusqu’à nous pour nous relever de notre chute dans le péché. Nous tombons souvent dans les séductions et les adversités du monde qui passe. Relève-nous, que les choses d’En haut nous attirent et que nos cœurs soient élevés vers les joies qui demeurent, pour l’amour de Jésus-Christ, notre Sauveur. Amen 

Mercredi 30 décembre                   3ème sujet : l'unité du Corps de Christ                               Luc 2,36-40 | Ps 132

« La vierge Marie introduit le Seigneur du Temple dans le temple du Seigneur. Joseph, Siméon et Anne sont les seuls à assister à cette procession. Mais le Seigneur a réservé une place à d’autres dans cette toute petite procession qui accompagne Celui qui s’est fait tout petit. En effet David s’est réjoui de voir ce jour et s’est écrié : Nous avons reçu ta miséricorde, ô Dieu, au milieu de ton temple  (Ps 48.10). David a donc reçu cette miséricorde ; Siméon l’a reçue ; et nous aussi nous l’avons reçue. Embrassons donc cette miséricorde que nous avons reçue au milieu du temple, comme la bienheureuse Anne. Pendant 60 ans, jour et nuit, elle a jeûné et prié pour que le Messie vienne. Elle ne s’écartait pas du Temple. Nous non plus car le temple de Dieu est saint, et ce temple, c’est vous  dit l’apôtre (1 Co 3.16). Elle est proche de vous cette miséricorde : dans votre bouche et dans votre cœur. Oui, c’est dans le cœur que nous recevons la miséricorde, c’est dans le cœur qu’habite le Christ par la foi. ».      St Bernard

Dans les versets 36 à 38 Anne parle du Messie à tous ceux qui attendaient la libération de Jérusalem parce qu’elle avait consacré sa vie, pendant 60 ans, à prier pour Sa venue. C’est là que nous recevons, 2000 ans après, la vocation de l’Union de prière. C’est pour ces temps de la fin, où les nations vont voir la Gloire de Jésus, que le Seigneur a établi des gardes sur les murailles de Jérusalem, ils ne se tairont jamais ni le jour ni la nuit (Es 62.6). Où puiseront-ils la force de cette prière incessante ? Réponse : hephtzi-vah (Es 62.4-5 contient ce mot qui signifie « mon plaisir en elle »).

Prière : Seigneur, viens bientôt ! Ô roi des nations, toi qui peux combler leur désir, toi qui fais l’unité des peuples opposés, viens et sauve l’homme que tu as formé du limon de la terre. Seigneur, viens bientôt ! Ô Emmanuel, Dieu avec nous, espérance des nations et leur Sauveur à toutes, viens nous sauver, Seigneur, notre Dieu. Seigneur, viens bientôt !

Jeudi 31 décembre                         4ème sujet : l’Avènement et la résurrection                        Luc 2,41-52 | Ps 133

« - Dis-nous petit garçon, quel âge as-tu ? - Messieurs, j’ai l’âge de la lumière. Je jouais sans cesse avant que naisse la première étoile. Maintenant j’ai douze ans. – Dis-nous petit, comment s’appellent tes parents ? – Mon Père est celui qu’on ne peut nommer. Son nom est trop grand pour une bouche. Je suis également fils de Joseph et Marie. – Pourquoi es-tu venu dans ce lieu de prière ? – Je dois m’occuper des affaires de mon Père et apprendre qui est celui que je serai. – Petit garçon, il se fait tard. Peut-être ton père et ta mère te cherchent-ils dans la foule, inquiets de te savoir perdu… - Je ne suis pas perdu. Dans cette maison je suis chez moi. Mais quand mes parents viendront, je les suivrai. »

                                                                                             Henri Lindegaard « La Bible des contrastes » p.89

Prière : Nous te rendons grâce, Dieu, Père de la famille humaine : ton Fils a connu, comme nous, les longs cheminements de la croissance ; sa famille n’a pas été une famille sans problème. Mais il a grandi « en sagesse et en grâce ». Il a vécu à l’avance sa destinée pascale, lorsque, perdu et retrouvé, on le découvrit le troisième jour dans la maison de son Père. Qu’il ne cesse de nous faire grandir en son amour. Qu’Il vienne bientôt nous réunir lorsque nous aurons atteint en Lui la stature de l’homme parfait.

Vendredi 1er janvier 2021                                La croix et la résurrection                                         Ps 8 | Ps 134

L’univers révèle la gloire de Dieu. Les êtres humains ne sont, physiquement, que poussière dans cette immensité, mais le Seigneur « se souvient de nous et prend soin de nous » (v. 5). Pourquoi ? Pour que nous prenions soin de la terre, la mer, l’air et tous ceux qui l’habitent. Cela rend gloire à Dieu. Nous ne remplissons pas bien ce mandat mais le monde entier est sous les pieds de Jésus (v. 7 ; Hb 2.5-9).

Prière : Seigneur Dieu, Toi qui es majestueux, Tu prends soin de nous au point de venir comme un enfant fragile et vulnérable, circoncis huit jours après ta naissance. Tout cela pour nous sauver. Circoncis mon cœur afin que je bénisse chaque personne que je rencontre puisqu’elle est un être infiniment précieux à tes yeux. Que nos vœux de bonheur aient le goût de la bénédiction d’Aaron : « Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse rayonner sur toi son regard et t’accorde sa grâce ! Que le Seigneur porte sur toi son regard et te donne la paix ! » Ils apposeront ainsi mon nom sur les fils d’Israël, et moi, je les bénirai. » (Nb 6, 24-27 ; ajoutons-y le psaume 134).

Samedi 2 janvier            Veille de l’Epiphanie                  L'Église et les sacrements          Luc 3, 1-14 | Ps 135

Il faut aller au désert pour entendre un messager parler du Messie, le Roi-Serviteur, le Dieu fait homme. Le désert est l’endroit où l’on meurt parce que le puits est à sec et le pain moisi. On ne peut y vivre qu’avec l’eau de Dieu jaillie du rocher et le pain de Dieu tombé du ciel. Alors toutes nos déceptions personnelles, conjugales, familiales, professionnelles et ecclésiales sont guéries par le Dieu de l’espérance qui ne déçoit pas. Mais il faut commencer par éprouver le vide dans le désert. Alors le Jésus réel vient à nous par son chemin de croix ainsi préparé. Alors, le Dieu vivant, réel et Créateur de l’univers habite dans nos cœurs par la foi. 

Prière : Père, le Jésus que nous inventons pour répondre à nos désirs ne peut pas changer nos vies. Alors donne-nous le Jésus réel, le Seigneur qui, seul, peut transformer l’orientation de nos cœurs, nous soutenir dans la souffrance et nous motiver dans le combat pour que la terre ressemble au ciel. Montre-nous que Jésus, ce n’est pas une affaire de spiritualité mais de vie ou de mort. Que notre réponse à son appel soit conséquente. Révèle-nous, Père, la réalité de qui est vraiment Ton Fils par le baptême d’eau et d’Esprit. Merci pour le repas du Seigneur où nous recevons quelque chose de réel de Lui afin de le connaître en plénitude dans son incarnation, sa mort, sa résurrection, son règne et sa venue en gloire.

 

 

Lundi 4 janvier (livret de prière p. 5)                                    1er sujet : le Réveil                        Luc 3, 15-20 | Ps 136

« La prédication de Jean-Baptiste, lequel, ne l’oublions pas, est le dernier des prophètes, distingue nettement deux baptêmes : un baptême d’eau, qui est le sien, c’est le baptême de repentance pour la rémission des péchés, et un baptême de feu qui sera donné par Jésus lui-même (Mt 3.11 ; Mc 1.8 ; Lc 3.16 ; Jn 1.33). Il est clair que le baptême d’eau et le baptême de feu sont deux choses différentes. Or, la promesse de Jean-Baptiste sur le baptême de feu est appliquée directement par le Seigneur lui-même en Actes 1.5 à la Pentecôte. Plus tard, l’apôtre Pierre applique la même distinction du baptême d’eau et du baptême de feu (Ac 11.16) pour caractériser la répétition d’une expérience de Pentecôte accompagnée du parler en langues (Ac  10.44-46). Il faut donc conclure que le baptême du Saint-Esprit, reçu par cent vingt personnes probablement, à la Pentecôte, et par Corneille et sa maison, est identique au baptême de feu annoncé par Jean-Baptiste. C’est le baptême que donne le Christ glorifié, passage qui souligne très nettement que le baptême dans l’Esprit ne pouvait être que postérieur à la Croix. Dès lors, il y a eu au début de l’Église une distinction de ces deux baptêmes, baptême d’eau et baptême de feu. Par le baptême d’eau, on devenait membre du corps du Christ, par le baptême de feu, on devenait un témoin puissant pour la propagation du message de Christ (Ac 1.8) »                Louis Dallière, D’aplomb sur la Parole de Dieu, p.58-60

Prière : Dieu éternel, Père saint et tout-puissant, au commencement, tu as créé l’univers par ta Parole et par le souffle de ton Esprit. Au cours des âges, tu as suscité des témoins, et ton Esprit a parlé par la bouche des prophètes. Au temps marqué et selon sa promesse, ton Fils a répandu le Saint-Esprit sur son Église, afin d’allumer dans nos cœurs le feu de ton amour et de nous faire porter des fruits de paix et de joie. Ainsi la bonne nouvelle du salut a retenti jusqu’aux extrémités du monde. Baptise à nouveau ton Église d’Esprit et de feu afin qu’elle se réveille et que tes enfants d’Israël et de toutes les nations soient rassemblés en un seul corps et constituent l’Église du Retour de Ton Fils. Liturgie de Suisse romande, p. 38

Mardi 5 janvier                                  2ème sujet : le salut du peuple juif                                  Luc 3, 21-38 | Ps 137

« Jésus est baptisé pour ensevelir le vieil homme tout entier au fond de l’eau ! (Israël et les nations). Et voici Jésus qui remonte hors de l’eau : il porte le monde. Avec lui, il le fait monter.  Il voit les cieux se déchirer et s’ouvrir, alors qu’Adam les avait fermés pour lui et sa descendance, quand il fut expulsé du Paradis que défendait l’épée de feu. Alors l’Esprit atteste sa divinité car il accourt vers celui qui est de même nature. Une voix descend du ciel pour rendre témoignage à celui qui en venait ; et sous l’apparence d’une colombe, elle honore le corps, puisque Dieu, en se montrant sous une apparence corporelle, divinise aussi le corps.

Exhortation : soyez purifiés et purifiez-vous encore ! Car rien ne donne à Dieu autant de joie que le redressement et le salut de l’homme ! Comme des lumières parfaites secondant la grande Lumière, soyez initiés à la vie de lumière qui est au ciel ! Soyez illuminés avec plus de clarté et d’éclat par la sainte Trinité dont vous avez reçu maintenant, d’une façon restreinte, un seul rayon, venant de l’unique divinité, en Jésus-Christ notre Seigneur, à qui appartiennent la gloire et la puissance pour les siècles des siècles. Amen »

                                                                                                                         Grégoire de Nazianze, 330-390

Mercredi 6 janvier                      3ème sujet : l'unité du Corps de Christ                                      Lu 4, 1-13 | Ps 138

« Notre Seigneur Jésus est tenté par le diable pour qu’en lui nous apprenions tous à triompher. Le premier Adam fut chassé du paradis au désert ; le second Adam revient du désert au paradis. Suivons donc le Christ et nous pourrons revenir du désert au paradis. Les trois tentations sont les trois armes que le diable utilise conte nous : la gourmandise, la vanité et l’ambition. Le diable commence par où il a vaincu Adam et le Seigneur est vainqueur de Satan par la nourriture humaine de la méditation de la Parole de Dieu. Ensuite, le diable utilise la présomption religieuse puis l’ambition du pouvoir auxquelles Adam succomba en voulant être comme Dieu. Ce sont les trois sources de toutes les fautes. Nul ne peut être couronné s’il n’a pas vaincu ; nul ne peut vaincre s’il n’a pas d’abord combattu. S’il vous arrive d’être tenté, sachez qu’une couronne se prépare ».         Ambroise de Milan, 339-397

Prière : Dieu tout-puissant, tu as permis que ton Fils, Jésus-Christ, soit soumis à la tentation, afin qu’il puisse secourir ceux qui sont tentés ; nous t’en prions, que sa présence soit notre force lorsque les tentations nous assaillent, et que sa grâce nous assiste afin que nous soyons toujours vainqueurs, par lui qui nous a aimés et qui a porté nos péchés sur la croix. Exauce-nous pour l’amour de ton nom. Amen.

                                                                                                                    Liturgie de Suisse romande, p.145

Jeudi 7 janvier                            4ème sujet : l’Avènement et la résurrection                           Luc 4, 14-30 | Ps 139

Jésus enseignait dans les synagogues et tous disaient sa gloire  (v. 15). Le Seigneur parle aussi maintenant dans les Églises du monde entier par ses serviteurs afin que tous le glorifient. Il trouva le passage où il est écrit : l’Esprit du Seigneur est sur moi (v. 17-18). Ce n’est pas le fruit du hasard qu’il trouve la prophétie le concernant. Car pas un moineau n’est oublié de Dieu et même nos cheveux sont tous comptés  (Lc 12.6-7). Par cette lecture, le dessein providentiel de Dieu révèle le mystère du Christ : Il m’a envoyé annoncer la bonne nouvelle aux pauvres » pour « annoncer aux aveugles le retour à la vue  (v. 18) car c’est par l’enseignement de la Parole de Dieu que la vue est rendue aux aveugles. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui (v. 20) Maintenant encore, si vous le voulez, dans votre Église, vos yeux peuvent fixer le Sauveur. Heureuse l’Église dont l‘Écriture dit : « Ils avaient tous les yeux fixés sur lui » (Origène).

Prière : Père, nous te demandons qu’Israël et les Églises méritent semblable témoignage et que, par la Parole de ton Fils, les yeux de tous voient Jésus dans l’Esprit. Qu’à force de le contempler, notre visage et notre regard soient illuminés de sa lumière afin que nous devenions semblables à Lui quand Il paraîtra parce que nous le verrons tel qu’Il est (1 Jn 3.2). Maranatha, viens Seigneur Jésus (Ap 22,20) !

Vendredi 8 janvier                                La croix et la résurrection                                         Luc 4, 31-37| Ps 140

Voici quelques mots de Mme M. Dallière-Boegner à propos du livre « Rayons de guérison de G. Jeffreys : « Jésus sur la terre guérissait les malades… et en quittant ce monde il annonça à ses disciples les miracles qui accompagneraient la prédication de l’Évangile : ceux qui auront cru imposeront les mains aux malades et les malades seront guéris (Mc 16.18). Cette promesse se réalise dans l’Église primitive (Mc 16.20) et au cours des siècles, partout où la foi des disciples de Jésus est restée la même. Aujourd’hui encore, Jésus guérit… Il est le même hier, aujourd’hui, éternellement (Hb 13.8) … Il est monté au ciel et tout pouvoir lui a été donné dans les cieux et sur la terre (Mt 28.18). Puissent beaucoup de cœurs angoissés par la souffrance et de corps brisés par la maladie trouver la délivrance sous les rayons du Soleil de justice (Ml 4.2) ». Esprit et Vie, mars 1934

Prière : Nous te rendons grâces, Roi invisible, qui, par ta puissance incommensurable, as tout créé, et qui, dans l’abondance de ta miséricorde, as amené toutes choses du néant à l’existence. Ô Maître, regarde du haut des cieux ceux qui inclinent la tête devant toi, car ils ne l’ont pas courbée devant la chair et le sang, mais devant toi, le Dieu redoutable. Toi donc, Maître, aplanis, pour leur bien et selon les besoins propres à chacun, les difficultés qu’ils rencontrent ; navigue avec ceux qui sont en mer, accompagne les voyageurs ; guéris les malades, ô Médecin de nos âmes et de nos corps. Par la grâce, la compassion et l’amour pour les hommes de ton Fils unique, avec qui tu es béni, ainsi que ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.                                                              Divine liturgie de St Jean Chrysostome

Samedi 9          Veille du Baptême du Seigneur               L'Église et les sacrements            Luc 4.38-44 | Ps 141

« Baptisés, nous entrons dans le festin sacré de la Table sainte. Là, Jésus se donne à nous avec toute la puissance de son Sacrifice et de sa Résurrection. Le pardon nous est renouvelé dans la coupe ; et, dans le pain, notre être tout entier, l’esprit, l’âme et le corps, est nourri d’une nourriture surnaturelle. Déjà, mystérieusement et dans l’invisible, le corps de notre résurrection prend racine en nous dans la communion du Christ ressuscité. A plus forte raison le corps de notre mort est-il fortifié, soutenu, vivifié, par la nourriture surnaturelle, reçue dans le cœur par la foi, et qui, du cœur, irradie dans l’homme tout entier. Comme un baume de Galaad, la vie de Jésus-Christ cicatrise les blessures de l’ancien péché, elle fortifie la nature, unie à la Surnature, pour les tâches et les peines de chaque jour. Sans enfreindre la pudeur des choses sacrées, je crois que je dois rendre ici un témoignage. Il ne concerne pas ma propre personne, puisque j’ai été malade pendant de longs mois en 1953-54. Cela me donne une plus grande liberté pour dire sous le regard de Dieu que, s’il n’y avait pas un don constant de la Vie surnaturelle dans la Sainte-Cène, il y a beau temps que le diable aurait détruit ce que nous avons entrepris depuis douze ans dans l’Union de prière et le Cours Isaac-Homel. » Pasteur Louis Dallière, La maladie et la guérison, 1957 (site : www.uniondepriere.fr)

Prière : Maître qui aimes les hommes, Seigneur Jésus-Christ, mon Dieu, que Tes saints Dons ne tournent pas à mon jugement à cause de mon indignité ; mais qu’ils soient la purification, la guérison et la sanctification de mon âme et de mon corps, et un gage de la Vie et du Royaume à venir. Il est bon pour moi de m’attacher à Dieu et de placer dans le Seigneur l’espérance de mon salut.

                                                                                                              Divine liturgie de St Jean Chrysostome

Dimanche 10 (livret de prière p. 119)         Baptême du Seigneur


Date de création : 24/12/2020 @ 11:54
Dernière modification : 24/12/2020 @ 11:54
Catégorie : Feuilles de prière 2020-2021
Page lue 205 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^