Union de prière

Fermer Présentation

Fermer Maison Boissier

Fermer Charte

Fermer FP 2019-2020

Archive

Fermer Biographie

Fermer Ecrits de Louis Dallière

Fermer Etudes des Retraites

Calendrier
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Visites

 194753 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

FP 2019-2020 - FP 2019-20, 37+38

UNION DE PRIERE

    Maison de Boissier, 19 r. de la Calade, 07800 CHARMES SUR RHONE

                                     uniondepriere@gmail.com

                CCP France : 6 649 68 P Lyon ; Suisse : 14-761280-9

                                                                                                                   Rédacteur : Christian de Tonnac

Le témoignage des apôtres se poursuit. Qu’ils sont beaux sur les montagnes les pieds de ceux/celles qui annoncent la bonne nouvelle par les Actes… ou par You Tube ! Entre chemins de campagne et capitales, Paul va droit au « but » (Phil 3.13). De quoi nous inspirer dans nos contacts et nos solidarités. Avec Paul, la Parole n’est pas confinée. 

Lundi 1 juin (livret de prière p. 31)              1er sujet : le Réveil des Églises                           Psaume 150 | Ps 108

Que tout ce qui respire loue le Seigneur. Je respire. Même si c’est avec difficulté : nous avons reçu le souffle de vie. Dans ces temps de relatif arrêt, ne nous essoufflons pas à des choses impossibles, rendons gloire à Dieu au travers de notre souffle. Le mot utilisé ici est un peu plus rare, néshama, qui signifie l’haleine, la respiration. Au centre de ce mot, shem : le Nom. Tout juif est invité à prier Dieu au moment de rendre le souffle, de rendre la vie à Dieu. Aujourd’hui avec notre néshama, nous pouvons accueillir l’Esprit de Dieu (Ruah), souffle à la fois puissant et discret.  Il Le donne, Louons le Seigneur dans la joie de Son Esprit de vie, même dans les difficultés (ce qui n’est pas forcément facile !) Dans la louange, ma néshama accueille l’Esprit de l’Éternel. Pentecôte est, et que tout ce qui respire loue le Seigneur.

Prière : Viens, Esprit Saint, paix de ma vie et souffle de réveil.

Mardi 2                                          2ème sujet : le salut du peuple juif                                 Actes 16.25-40 | Ps 109

C’est reparti ! Toujours voyager, persévérer dans le désir de parler de Jésus : tel est Paul dans ses engagements. A Philippe, ce n’est pas de tout repos : une délivrance offerte à une femme crée une confusion qui mène les apôtres « à la case départ » : en prison. Que faire ? Une seule : louer Dieu (v. 25), prier le Ps 150 !! Ou au moins le 109.21-31. Résultat : une libération sismique, puis un homme reçoit l’évangile au cœur de la nuit, sa famille est dans la joie du salut, immergée dans le Seigneur Jésus devenu nouvel Hôte de cette famille. 

Prière : viens Seigneur Jésus et demeure dans les maisons juives, Toi le Messie connu et inconnu.

Mercredi 3                                3ème sujet : l’Unité visible de l’Église                                   Actes 17.1-15 | Ps 110

Ces gens bouleversent le monde entier (v. 6). L’évangile auquel nous nous référons a-t-il cet impact ? Pourquoi ? Ici, après plusieurs étapes et villes traversées (que de km !) ils arrivent à Thessalonique, capitale de la Macédoine. La Parole sera libérée trois shabbatoth successifs. Force des Écritures. Mais l’unité synagogale est mise en péril et Paul s’éclipse discrètement. A Bérée, les auditeurs viennent avec leur Bible aux célébrations (le fais-tu ?) et s’y enracinent. Rattrapé par des juifs intransigeants, Paul laisse la Parole de Dieu continuer de faire son œuvre, seule capable d’unifier. 

Prière : entre greffe et rejet, blocages, peurs, hégémonie, merci à Toi Jésus qui nous attires « à la droite de Dieu » Ps 110.1, 5.

Jeudi 4                  4ème sujet : l’avènement de Jésus et la résurrection des morts                  Actes 17.16-34 l Ps.111

On dit que le discours de Paul à Athènes est une erreur de sa part : il aurait tenté d’utiliser le vocabulaire et la culture grecques et n’aurait pas été assez explicite ; cela se serait terminé par un échec missionnaire. La critique est aisée… Vérifions-le et pour cela, glissons-nous dans la foule. Sur l’Agora, tous ces doctes parlent bien, avec leurs beaux habits ! Paul est soigné mais plus simple. Paul a appris la littérature grecque sans doute déjà à l’université de Tarses, modeste lieu qui rivalisait avec la célèbre à Athènes. On lui enseignait la rhétorique, la philosophie (notamment stoïcienne), et la poésie. L’évangile doit traverser les murailles de la philosophie : Paul prêche avec fougue. Il saura passer d’une théologie de la création à une théologie du salut et évoquer Jésus et la résurrection des morts (v. 18).  

Quel en est le fruit ? Le dernier verset nous l’indique : un noyau de croyants en Jésus se forme (avec du beau monde !) Finalement Paul a relevé le défi, comme cet hiver ces pasteurs auditionnés en France par une commission de l’assemblée nationale pour leur ministère contesté. 

Prière : Père, la prédication de la croix ne peut pas créer l’unité, tant nos cœurs sont hagards, inconstants et déboussolés. Tu as voulu rassembler (Mt 23.37) et ce sera achevé bientôt lors de Ta venue.

 

 

Vendredi 5                                                    La croix                                                       Actes 18.1-11 | Ps 112

Annoncer la bonne nouvelle du salut aux non juifs est une certaine nouveauté. Paul acceptera de s’enraciner à Corinthe pendant 18 mois. Après avoir fait son possible, Paul doit laisser les juifs stricts et entrer dans une nouvelle dimension de son apostolat. Une révélation a été bien nécessaire (v. 9), confirmant ce virage. Si c’est crucifiant pour lui, une belle jeune Église va se développer à Corinthe. 

Prière : Père, l’échec apparent de Ton Fils à la crucifixion a été « la lumière qui se lève dans les ténèbres » (Ps 112.4).

Samedi 6           veille du dimanche de la Trinité        L’Église et les sacrements            Actes 17.12-22 | Ps 113

Passage bref à Éphèse où Paul  reviendra ; il a bien fait de dire « Dieu voulant » (voir le ch. 20). Ensuite, Antioche de Syrie : elle est l’église-mère qui a envoyé Paul (13 : 1ss) et Barnabbas. Ce passage a dû réjouir cette église comme Paul lui-même car que d’oppositions l’évangile n’a-t-il pas rencontrées… Précieuse communion offerte, reçue et partagée. 

 Prière : Nous Te confions tous les Sosthène qui sont frappés aujourd’hui à cause de Toi. Que nos églises, nos œuvres et nos communautés soient des lieux de sécurité pour tous ceux que Tu y envoies.

Rédacteur : Matthias Helmlinger[1]

Lundi 8 (livret de prière p. 37)                          1er sujet : le Réveil des Églises                  Philippiens 1.1-11 | Ps 114

V. 7 « participants à ma grâce tous vous étant » (traduction mot à mot). Pouvons-nous participer à la grâce d’un autre chrétien ? Quelle bêtise, quand un chrétien est jaloux de la grâce faite à un autre chrétien ! Rien ne l’empêche d’y avoir part. L’humble sagesse du Christ s’exprime chez Paul : ce qu’il est, ce qu’il reçoit, les autres y ont part. Que ce soit l’emprisonnement de Paul, ou l’évangélisation faite par Paul, les chrétiens de Philippes y ont part.

Prions : Père, Jésus m’a uni aux chrétiens en prison, il m’a uni à ceux qui annoncent l’évangile au péril de leur vie, au péril de leur confort en tout cas. L’Esprit Saint me donne part à leur grâce. Loué sois-tu ! 

Prions avec le Ps 114.3 devant Jésus baptisé dans le Jourdain : « la mer T’a vu et s’est enfuie, le Jourdain est retourné en arrière ».

Mardi 9                                   2ème sujet : le salut du peuple juif                                 Philippiens 1.12-26 | Ps 115

Quand les chrétiens sont persécutés, des portes s’ouvrent à l’évangélisation. Jusque dans la résidence du gouverneur d’Ephèse (v. 13) on parle maintenant de ce petit Juif qui annonce Jésus-Christ. Voyant la foi de leur apôtre emprisonné, des chrétiens reprennent courage pour parler de Jésus, d’autres, qui n’aiment pas Paul, parlent aussi de Jésus, mais dans le but d’aggraver l’emprisonnement de Paul. Dans l’Église, on trouvera des frères et sœurs qui ne nous aiment pas, et qui parlent aussi de Jésus, pour nous faire concurrence. Mais Paul s’efface complètement devant Celui qu’il annonce. Pourvu que Jésus soit annoncé, c’est l’essentiel. Si sa situation personnelle devait s’aggraver, s’il doit mourir, Paul est prêt. Le chrétien n’aime pas la mort, il ne la craint pas non plus. Samuel Peterschmitt, ce pasteur de Mulhouse malade du Covid 19, témoigne qu’il était prêt à mourir, mais une force est venue et l’a remis debout. Et il nous dit dans une vidéo en regardant bien la caméra : avec le Seigneur, la mort est un moment très doux, tu rentres à la maison. 

Prions avec le Ps 115.11 devant le Seigneur vivant qui n’est pas une idole inerte : « nous avons totale assurance en toi qui est notre aide et notre bouclier ! »

Mercredi 10                               3ème sujet : l’Unité visible de l’Église                          Philippiens 1.27-30 | Ps 116

Une note de la T.O.B. (notes intégrales) sur le verset 27 dit : « la foi est un don, mais aussi un principe de fermeté et de lutte ». Oui, il y a lutte, sinon Paul ne serait pas en prison. Oui, il y a lutte, sinon Paul ne se ferait pas tant de soucis pour les chrétiens, priant et priant encore pour leur unité. Oui, il y a lutte, c’est pourquoi Paul a besoin des Philippiens et les Philippiens ont besoin de Paul. C’est parce que la victoire est assurée qu’il y a lutte. C’est aussi parce que les moyens humains nous sont retirés dans cette lutte, qu’il faut prier pour recevoir les forces d’En Haut. Cette notion de combat s’est diluée dans un christianisme mièvre, à l’eau de rose ; il suffit d’ouvrir d’anciens recueils de chants (Chants de victoire, Sur les ailes de la foi, Louange et Prière) pour se rendre compte que la génération qui nous a précédés n’ignorait pas ce combat. Il faudrait traduire le v. 27 : « militez d’une manière digne de l’Évangile du Christ » (nous sommes les militants de la cité céleste). Le don du Christ consiste non seulement à croire en Lui, mais aussi à souffrir pour Lui (v.30). 

Prions avec le Ps 116.1 : « j’aime que Tu entendes la voix de mes supplications, Seigneur ! »

Jeudi 11                4ème sujet : l’avènement de Jésus et la résurrection des morts            Philippiens 2.1-11 | Ps 117

« Dans la tri-unité de la vie divine, le Fils était parfaitement à sa place. L’harmonie parfaite régnait entre le Père, le Fils et l’Esprit Saint. Quand « les temps ont été accomplis » pour rompre ce statu quo, quand le Père a décidé d’envoyer une personne divine dans l’humanité, le Fils n’a pas dit : -  pourquoi moi ?  - pourquoi pas le Saint-Esprit ? ». En disposant les v. 6-11 comme ci-dessous, on peut suivre la descente volontaire du Fils (v. 6-7), le point le plus bas (v. 8 : le Fils agit ; v. 9 : le Père agit en réponse à cette humble obéissance), et la montée (v. 10-11)

v. 6 Qui, trouvant à sa disposition l’existence en forme de

       Dieu, ne s’est pas gouverné lui-même en se donnant

       l’objectif d’être égal au Dieu,

v. 11 et que toute langue célèbre SEIGNEUR JESUS-

         CHRIST pour la gloire du Dieu Père.

v. 7 mais s’est vidé lui-même recevant une forme

       d’esclave, 

v. 10 afin que dans le Nom de Jésus tout genou plie, 

          celui des puissances célestes, terrestres et infernales,

v. 8   il s’est humilié lui-même devenant obéissant jusqu’à une mort, précisément une mort en croix

v. 9   donc aussi le Dieu l’a surélevé et lui a fait don du Nom, celui qui est sur tout autre nom,

 

La grâce divine déborde et se répand lorsqu’elle rencontre l’humilité et l’obéissance.

Prions avec le Ps 117.2 : « ta grâce a été plus forte qu’Israël ; ta vérité, Seigneur, est pour l’éternité, Hallélouyah. »

Vendredi 12                                                  La croix                                              Philippiens 2.12-18 | Ps 118

V. 17 : « mais même si je suis versé en libation sur le sacrifice et le service de votre foi… » Antoinette Butte, dans son beau livre « L’offrande », insiste : Paul ne s’offre pas en libation, il est offert ; il ne parle pas non plus de son sang (contrairement aux traductions). C’est le Père qui verse Paul en libation sur le sacrifice qu’est la foi, le service des chrétiens. La libation de vin n’a aucun intérêt. Elle accompagnait tous les sacrifices dans le temple. Le vin était versé aux angles de l’autel. La libation est signe d’une joie pure, une libation où on ne recherche aucune utilité. Est-ce que Jésus nous a aimés de façon utile ?

Pour le chrétien, il n’y a que deux jours qui soient importants : le « jour du Christ » Ph 1.10 ; 2.16 et « aujourd’hui ». Une excellente note dans la T.O.B. sur le v. 13 : l’enchaînement des v. 13 et 14 est paradoxal ; on pourrait le formuler ainsi : « agissez, puisque c’est Dieu qui agit ! »

« Avec crainte et tremblement, mettez en œuvre votre salut… » Ph 2.12 : le salut est gratuit, c’est ce qu’on nous répète sans cesse dans les églises, de même qu’on nous répète sans cesse que Dieu est amour ; tout cela est exact, mais peut être entendu de manière erronée, quand on ne parle pas aussi de « crainte et tremblement », devant un tel amour, devant un salut si grand, devant un projet, celui de Père dans les cieux, qui dépasse tout ce que nous pouvons imaginer comme gloire.

Prions avec le Ps 118.5 : « serré dans l’angoisse j’ai crié YaH, il m’a répondu dans l’élargissement YaH. »

Samedi 13                                        L’Église et les sacrements                        Philippiens 2.19-3.1 | Ps 119.1-32

Un seul, Timothée, partage avec Paul le souci qu’il a de l’Église. Ce souci, c’est que les chrétiens discernent « ce qui convient le mieux pour être purs et irréprochables pour le jour du Christ » (1.10). On voit un Paul très humain : la mort d’Epaphrodite aurait signifié pour lui « tristesse sur tristesse ». En Epaphrodite, on voit la délicatesse des liens fraternels : il aurait été gêné que des frères apprennent qu’il était gravement malade. Il ne voulait pas être cause de soucis. 

Prions avec le Ps 119.14 : « je me réjouis dans le chemin de tes témoignages plus que dans tout ce qui me met à l’aise. »



[1] Pour le commentaire de Philippiens je me suis inspiré du commentaire du pasteur Robert Souza « Ce qui est vraiment important ». Tous les commentaires bibliques de ce pasteur (Jean, Actes, 1° épître de Jean, Philémon, Apocalypse) sont excellents, se lisent très facilement. Livres format papier ou numériques, et commentaires gratuits : www.koina.org.

 


Date de création : 31/05/2020 @ 11:21
Dernière modification : 31/05/2020 @ 11:21
Catégorie : FP 2019-2020
Page lue 79 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^