Union de prière

Fermer Présentation

Fermer Maison Boissier

Fermer Charte

Fermer FP 2019-2020

Archive

Fermer Biographie

Fermer Ecrits de Louis Dallière

Fermer Etudes des Retraites

Calendrier
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Visites

 173484 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

FP 2019-2020 - FP 2019-20, 05+06

UNION DE PRIERE
Maison de Boissier, 19 r. de la Calade, 07800 CHARMES SUR RHONE
tél. + télécopie 04 75 60 85 51, uniondepriere@gmail.com
CCP : France : 6 649 68 P Lyon ; Suisse : 14-761280-9

Rédactrice: pasteure Eliane Stengel-Blain

Cette quinzaine, pour intégrer les psaumes du dimanche figurant sur le lectionnaire de La Ligue, le pasteur Serge Jacquemus nous propose de courtes méditations issues de ses lectures orthodoxes.

Dimanche 13 oct. Pour méditer le Ps 25.4-5 : Jamais on n’entendit les saints témoigner qu’ils eussent eux-mêmes trouvé leur voie, tandis qu’ils marchaient, le regard tendu vers le progrès de la consommation des vertus. Mais plutôt imploraient-ils le Seigneur de les mettre dans la vraie direction. Conduis-moi dans ta vérité et instruis-moi car tu es le Dieu de mon salut (v. 5). S’agit-il d’apprendre la science de la loi, ils ne comptent pas sur l’efficacité de la lecture, mais implorent chaque jour le Seigneur d’être leur maître et leur départir sa lumière. Éternel, fais-moi connaître tes voies, en-seigne-moi tes sentiers ! (v. 4). Cf.  Ps 118,18 ; 142,10 ; 93,10. Jean Cassien, conférences 3,13-14

Lundi 14 octobre (livret de prière p. 37)  Matthieu 20.29-34 | Psaume 64

Aie pitié de nous, Seigneur, Fils de David ! Les deux aveugles crient, ce qui déplait à la foule. Mais ils crient encore plus fort ! Osons-nous encore « crier » à Dieu ? Osons-nous malgré les oppositions de toutes sortes, y compris celles qui sont en nous-mêmes, crier à Dieu dans la détresse ? Les deux aveugles demandent à Jésus d’ouvrir leurs yeux. Notre Dieu est celui qui - aujourd’hui encore - agit au milieu de nous et nous « ouvre les yeux », nos yeux physiques et nos yeux spirituels ! Alors n’hésitons pas : crions à lui ! Et il exau-cera, car il a compassion de nous.

Mardi 15  Matthieu 21.1-11 | Psaume 65

Le Seigneur en a besoin ! C’est le mot de passe ! Les disciples vont au village et tout se passe comme Jé-sus leur a dit : on leur donne l’ânesse et l’ânon. Quand nous entrons dans les œuvres préparées d’avance par le Seigneur, les portes s’ouvrent devant nous, parce que le Seigneur l’a ordonné et que c’est Son plan parfait pour nos vies. Pour que le Seigneur puisse être acclamé, nous devons entrer dans l’obéissance à ce qu’il nous demande. Peut-être devrons-nous laisser le Seigneur « détacher » des choses en nous, nous « délier » pour que nous soyons prêts à faire partie du cortège qui l’acclame et le loue !

Mercredi 16  Matthieu 21.12-17 | Psaume 66

C’est le grand nettoyage ! Jésus chasse du temple ceux qui y font leur commerce, puis il guérit les aveugles et les boiteux. Et les enfants crient dans le temple : Hosanna au Fils de David !
Notre corps est le temple du Saint-Esprit et là aussi, le Seigneur veut agir, nous purifier, nous guérir et chas-ser ce qui n’honore pas Dieu. Alors laissons-le agir en nous et autour de nous pour que son temple, notre corps, devienne une vraie « maison de prière ».

Jeudi 17  Matthieu 21.18-22 | Psaume 67

Porter du fruit n’est pas une option. Le figuier sèche parce que Jésus l’a ordonné. Les disciples ne compren-nent pas ce qui s’est passé et Jésus les encourage à ne pas douter mais à agir dans la foi, celle qui déplace les montagnes. Le doute est un voleur, il nous dérobe les promesses du Seigneur. La foi est notre bouclier.

Vendredi 18  Matthieu 21.23-27 | Psaume 68

L’autorité de Jésus étonne les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple. Jésus refuse de leur dire par quelle autorité il fait ces choses, car il sait que leur cœur est incrédule. Lorsqu’on a vraiment rencontré Jésus, lorsqu’on a vu Sa gloire, on ne pose plus la question de savoir d’où lui vient son autorité car le Saint-Esprit en nous, nous révèle qu’il est le Fils de Dieu. Ce même Saint-Esprit révèle à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.

Samedi 19  Matthieu 21.28-32 | Psaume 69

Dire et faire, dire et ne pas faire ?! Ou autrement dit : Vous les reconnaîtrez à leurs fruits (Mt 7.16). Laissons-nous interpeller par ce récit qui nous rappelle que c’est sur nos actes que les non-croyants autour de nous vont nous juger. Ce ne sont pas les belles paroles que nous prononçons dans nos cultes, études bibliques ou rassemblements, mais les actes d’amour que nous offrirons à ceux qui nous entourent qui feront de nous de vrais disciples de Jésus, témoins de son amour inconditionnel pour tout homme.

Dimanche 20 oct. Pour méditer le Ps 16.7 : Je bénis le Seigneur qui me conseille, même la nuit ma conscience m’avertit. David se présente comme un veilleur, un voyant et un prophète, comprenant que la nuit il pouvait lutter avec Dieu afin de jouir de sa présence tout au long du jour suivant. Les hauts faits spirituels ont lieu pendant la nuit. Comme il le dit : même la nuit mon cœur m’instruit. Au cours de la nuit, David s’adressait à Dieu avec un tel amour et une telle ardeur, soit par des cris de joie, soit en de profonds gémissements, que son cœur et ses entrailles participaient à sa prière.
Archimandrite Aimilianos, "Exultons pour le Seigneur" p. 356.

Lundi 21 octobre  Matthieu 21.33-46 | Psaume 70

La vigne est confiée au peuple de Dieu, la vigne nous est aussi confiée à nous qui sommes greffés sur Israël. Une vigne… c’est du travail ! Il faut l’entretenir : il faut émonder, il faut surveiller, il faut éliminer les pa-rasites. Avant de jeter la pierre à ceux qui n’ont pas su remettre la récolte de la vigne au maître de maison, occupons-nous de la vigne dans laquelle le Seigneur nous place. Efforçons-nous d’y travailler patiemment, minutieusement pour que le moment venu, le Seigneur puisse y récolter de bons fruits à Sa gloire.
Ma vigne, c’est ma vie, ma famille, mon église, mais aussi mon quartier, ma ville et mon pays.

Mardi 22  Matthieu 22.1-14 | Psaume 71

Nous sommes invités aux noces et ce repas de noces est plus important que tout le reste ! Que le Saint-Esprit nous rappelle toujours à nouveau cette merveilleuse invitation afin que rien, ni personne ne nous en-traine ailleurs et que nous loupions la fête par négligence ou distraction ! Mais n’oublions pas que nous avons besoin de « l’habit de noces » pour entrer dans la salle des fêtes. Nous avons besoin du vêtement neuf dont Jésus nous revêt lors de notre baptême lorsqu’il efface nos péchés et nous purifie de toute souil-lure par son sang précieux.


Mercredi 23  Matthieu 22.15-22 | Psaume 72

Les pharisiens veulent piéger Jésus par ses propres paroles : cela nous fait penser au récit de la tentation où le diable essaie de faire chuter Jésus en utilisant des paroles de la Bible. Soyons vigilants et prudents, car l’adversaire rôde, il essaie de nous surprendre et de nous piéger par nos paroles.
Que votre parole soit oui, oui, non, non ; ce qu'on y ajoute vient du malin. Mt 5.37

Jeudi 24  Matthieu 22.23-33 | Psaume 73

A la résurrection, nous ne serons pas des anges, mais « comme » les anges de Dieu dans le ciel, nous dit Jésus. Les hommes ne prendront pas de femmes, ni les femmes de mari, car l’Amour de Dieu nous envahira comme la chaleur brûlante du soleil en plein éclat ! Quelle glorieuse espérance ! Quelle joie indicible nous vivrons alors, quand nous serons réunis autour du trône de l’Agneau victorieux dans la communion avec nos bien-aimés de l’Église du ciel ! Plus de larmes, plus de cris, plus de douleurs, mais la présence apaisante du Seigneur qui nous comblera éternellement !

Vendredi 25  Matthieu 22.34-40 | Psaume 74

Aimer « à la verticale » : aimer le Seigneur notre Dieu qui est aux cieux et aimer « à l’horizontale » : aimer notre prochain comme nous-même. Cet amour qui va dans ces deux sens, voilà qui forme le signe de la croix où Jésus nous a aimés au point de donner sa vie pour nous. Tout découle de là. Tout le reste passera, mais l’Amour restera lorsque les bruits de ce monde auront cessé et que les temps seront accomplis où le Fils de l’homme viendra dans sa Gloire ! Alléluia !

Samedi 26  Matthieu 22.41-46 | Psaume 75

Cette fois c’est Jésus qui pose une question, mais personne ne peut lui répondre et on le laisse tranquille (pour un temps seulement !) : qui est Christ ?
La première épître aux Colossiens nous en donne une merveilleuse révélation :
Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d'avoir part à l'héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés.
Il est l'image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui. Il est la tête du corps de l'Église ; il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin d'être en tout le premier. Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui ; il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. Amen.

Dimanche 27 oct. Pour méditer le Ps 22.7 : Et moi, je suis un ver et non plus un homme. « L'homme requiert la véri-table humilité spirituelle et trouve son cœur lorsqu’il prend conscience qu’il est indigne d’un Dieu tel que le Christ. L’humilité lui permet alors de recevoir et d’accepter la vérité révélée par le Christ. Ce consentement lui procure la grâce qui nous guide dans la découverte de notre cœur, nous donnant le courage de reconnaitre son impureté. La vraie humilité implique de nous tenir sincèrement face à la double vérité du Christ et des souillures dissimulées en nous. Ainsi la grâce de Dieu répand Sa Lumière dans notre âme enténébrée. Ce n’est que lorsque Dieu nous illumine de Sa grâce que nous pouvons voir la véritable lumière de notre propre existence. Il n’existe pas de plus grand miracle dans le monde que ce moment où l’Incréé s’unit au créé.
Archimandrite Zacharrias "L’homme caché du cœur" p. 245


Date de création : 27/10/2019 @ 23:36
Dernière modification : 27/10/2019 @ 23:36
Catégorie : FP 2019-2020
Page lue 51 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^